Geofeedia & le danger des réseaux sociaux

C’est quoi?

On aprenait il y a quelques temps que la police américaine avait utilisé les données des réseaux sociaux de façon à suivre la trace de manifestants, entre autre du mouvement « Black Lives Matter », grâce à l’API Geofeedia (https://geofeedia.com/) depuis bloqué par Facebook, Twitter et Instagram.

Le contenu analysé incluais des photos, vidéos, des status ainsi que la localisation GPS de l’utilisateur.

La stratégie aurait débutée avec les derniers soulèvements liés aux décès de jeunes hommes noirs ayant fait un tollé sur le sol américain, mais on peut s’imaginer que la technologie était déjà bien établue et utilisée abondamment depuis quelques temps avant ces événements.

Comment cette technologie interfère-elle avec notre droit à la vie privée?

En théorie, tout ce que l’on partage sur facebook, twitter, etc… devient automatiquement du domaine public. C’est à dire qu’on doit s’attendre à ce que tout ce qui circule comme information, photo, vidéo sur ces sites devient l’équivalent de le crier sur tout les toits.

L’information soutirée par Geofeedia fait donc partie d’une zone grise, entre le statut public des publications des utilisateurs, le droit à la vie privée et le faux sentiment de sécurité instauré dernièrement par facebook de façon à protéger les utilisateurs à savoir qui à accès à leur contenu.

 

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/10/12/etats-unis-la-police-exploite-les-donnees-facebook-et-twitter-pour-pister-des-manifestants_5012500_4408996.html

http://www.forbes.com/sites/kalevleetaru/2016/10/12/geofeedia-is-just-the-tip-of-the-iceberg-the-era-of-social-surveillence/#474a80b840e2